Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 06:08

Renforcée par les plus hauts responsables du bureau national, la section départementale de L’Upc à Nkongsamba a organisé il y a quelques semaines une conférence dans la salle des fêtes du Relais. Etaient également présents, les responsables de partis amis, Talla Justin de l’UDC, NYASSI David du SDF, NGAPA Oscar du MDP et YOUMBISSI du MRC et tous les organes de presse du Moungo.

La conférence a débuté au début de l’après-midi par la présentation del’ordre du jour tenu par le modérateur WENDJEL Thierry, par la suite, le président de la section, M. TCHIANKOUA Dieudonné dans son mot de bienvenu a remercié les responsables nationaux enfin arrivés à Nkongsamba, après une très longue période d’attente. L’UPC ayant amorcé sa réconciliation depuis quelques années déjà.

Dans la délégation, on retrouvé les présidents ONANA Victor, le Secrétaire Général LOUKA Basile, le secrétaire à l’organisation LIM NLEND Samuel Emmanuel, le secrétaire à la jeunesse Dr SOHO Simon Serge.

Dans son propos, le Pr LOUKA Basile a dit que « la paix au Cameroun est menacée par une agression extérieure, à caractère terroriste, qui sévit dans la région de l’Extrême-Nord et qui met le pays en état de guerre… la secte BokoHaram massacre les civils sans défense, sans distinction de sexe ni d’âge, sans distinction même de religion. Elle pille et incendie les maisons, elle dévaste puis brule les champs ». Il a en plus annoncé que la guerre contre BokoHaram comme pour la défense efficace des intérêts économiques nationaux, « le Cameroun a besoin d’un Etat qui a tout le soutien de son peuple. Pour éviter les guerres civiles inutilement meurtrières que provoquent les luttent sans merci pour le pouvoir, le Cameroun a besoin de promouvoir la réconciliation nationale, il a besoin de se réconcilier avec son histoire, il a besoin d’une nation rassemblée autour de la nécessité de la paix, autour d’une volonté de souveraineté ».

La phase des questions réponses a été houleuses et les responsables de l’UPC tout en démontrant l’importance de cette conférence qui va booster la relance des activités du parti à Nkongsamba. Ils ontaussi parlé à l’Union sacrée de tous les camerounais derrière les forces de défense et de sécurité.

Rencontré à la fin des échanges, M. DIPOKO NONO Job, la future tête de liste du parti à l’élection municipale à Nkongsamba 1er a donné ses impressions. Lesquelles impressions se résument à l’essentiel de la démarche du parti ; « rassembler la nation, gagner la guerre contre BokoHaram et éradiquer le terrorisme ; promouvoir la réconciliation nationale et la réconciliation du Cameroun avec son histoire ; mettre en place le cadre politique nécessaire pour permettre une alternance sans violence à l’horizon 2018, promouvoir un développement équitable du pays ».

Partager cet article
Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 06:06

Dans le cadre du "Plaidoyer pour la mise en place d'un mécanise d'Application, de Protection et de Suivi de l’Assurance scolaire au Cameroun" porté par le CENIPE dans les régions de l'Ouest et du Littoral et financé par le PASC, le CENIPE lance l'appel à candidature d'intérêt pour la couverture médiatique de l'atelier de restitution de l'enquête terrain qu'il organisera à l'Hôtel de ville de Nkongsamba, le 30 Avril 2015 .

Bien vouloir vous retirer les documents au secrétariat du CENIPE.

KALLA Victor

Président du CENIPE

Tél: +237 699 82 68 70

Nkongsamba

Partager cet article
Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 06:03
Mr Kamsu Sibiapa
Mr Kamsu Sibiapa

Ce jeune homme que les paysans du Moungo ont vu en activité depuis plus de 15 ans vient de prendre attache avec le parti Politique appelé Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) du Professeur KAMTO Maurice. Après le don de médicament à l’hôpital de district de Melong et les actions de concertation dans la ville de Nkongsamba, il a accepté de répondre à nos questions sur l’avenir de ce parti dans la ville chef-lieu du département du Moungo.

Scores 2000 : Quel statut donnez-vous au MRC aujourd’hui dans la ville de Nkongsamba ?

Kamsu Sibiapa : Je peux dire que le MRC a fait son chemin dans la ville de Nkongsamba. Il ya eu au début des pesanteurs, des craintes et les intimidations des militants du parti majoritaire à Nkongsamba. Mais sur le plan individuel, les nouveaux membres ont compris que s’ilsveulent faire carrière politique, ils ont le choix d’évoluer dans un parti qui a de l’avenir, le MRC.

Comment est constitué votre parti à Nkongsamba ?

Après la visite du président régional à Nkongsamba, il ya quelques jours, nous avons remobilisé les jeunes, les femmes et les adultes. Nous avons désormais des responsables à la tête des jeunes, des femmes et des hommes. Notre président départemental, Me Ouafo Jean est d’ailleurs très regardant sur la séparation de rôles.

Quelles sont les actions futures du MRC à Nkongsamba ?

Nous continuons à sensibiliser sur les textes de base du MRC, nous multiplions des réunions et préparons de manière intense le défile du 20 mai 2015. Nous comptons en cette occasion faire une démonstration de force sur l’implantation du parti à Nkongsamba.

Quelles sont vos ambitions à Nkongsamba ? Que pensez-vous des autres partis politiques ?

L’objectif premier d’un parti politique tel que nous l’enseigne le professeur Maurice Kamto est la conquête du pouvoir, l’encadrement des populations et la recherche du bien être de tous. Dans ce sens, nous voulons au terme de ce travail conquérir les trois mairies de Nkongsamba, avoir les sièges de député et participer à la réhabilitation de nos routes, l’éclairage public, l’enlèvement des ordures ménagères. Par la suite, il faudrait trouver des emplois aux jeunes, renforcer l’exercice des capacités de travail des paysans. Sur les autres partis, je dirai tout simplement qu’ils ont fait leur chemin et le temps du MRC est arrivé.J’encourage les populations e Nkongsamba à soutenir toutes les actions politiques du MRC dans le Moungo est partant à Nkongsamba en particulier.

Propos recueillis par Ngoctho Louis Marie - +237 673420327

Partager cet article
Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 06:01

Depuis l’avènement de la secte djihadjiste Boko Haram, le peuple camerounais se mobilise, chaque catégorie à sa façon pour faire montre de l’attachement à la mère patrie. C’est ainsi que l’on a vu des marches organisées à travers le pays, avec en fond la collecte des fonds, dans une stratégie de démonstration, destinés à l’effort de guerre.
Dans ce grand mouvement patriotique, personne ne veut manquer l’occasion d’inscrire son nom en lettre d’or sur le proton de l’histoire du pays, même pas nos sœurs les belles de nuit.
Il se dit dans les chaumières à Nkongsamba et ailleurs qu’elles ont aussi lancé leur part de collecte pour assister nos forces de défense et les familles sinistrées sur l’ensemble du territoire. Ainsi depuis plus de trois mois, le prix du coup, de la passe et même du séjour sont en nette augmentation, ce qui n’est pas au gout de certains,notamment des adeptes des chaires chaudes. Or selon elles, cette augmentation du prix de leurs prestations permettra d’accorder la plus-value à l’effort de guerre. ! Seulement il parait que même les autorités semblent ne pas vouloir, du moins officiellement (car il se dit que celles-ci font partie de leurs clients privilégiés question d’assouvir les pressions dues à leurs charges quotidiennes) accorder une oreille attentive à leur désire alors qu’elles écoutent souvent les leurs (les désirent sexuels sous-entendus). Ce qui semble courroucer nos sœurs. Or ces travailleuses de nuit se demandent du pourquoi d’une telle discrimination à leur égard, en dépit du rôle qu’elles jouent dans la régulation des équilibres sociaux et psychologiques. Elles ne comprennent pas pourquoi cela fait problème quand c’est leur tour de faire un geste pour les soldats dont nombreux sont leurs clients surtout lorsqu’il s’agit de gicler? Et s’appuyant sur le triptyque argent - boisson - femme, elles ne comprennent pas pourquoi depuis l’augmentation du prix du carburant, du transport, de la bière et même des taxes et autres impôts soit disant pour l’effort de guerre, personnes ne se plaint, au contraire ! Mais quand elles augmentent pour elles, personne ne les encourage !
Dès lors, elles menaceraient d’organiser un mouvement d’humeur en guise de protestation. Elles commenceront par l’opération condom mort, puis lit mort! Et si rien n’est fait, elles ne défileront pas les 1er mai, journée réservée à tous les travailleurs, les travailleuses de sexe comprises !
Mesdames, si dorénavant, votre gars qui trainait souvent dehors rentre tôt actuellement, ne demandez plus, car vous savez en quoi vous en tenir !
Vous avez dit effort de guerre, papa, on verra tout ici dehors !

Georges Auréoles LEKAMA/CP

Partager cet article
Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 05:56
Les chefs de Mbanga et Nkong
Les chefs de Mbanga et Nkong

Qu'est ce qui se passe à Nkongsamba? Posez la question aux personnes qui y sont nées, ou y ont travaillé, ou y ont étudié ou qui y vivent encore dans ce qui était la 3ème ville du Cameroun. Elles vous répondront dans une large majorité si ce n'est en chœur que " la ville est maudite".

Personne ne semble comprendre comment cette ville qui était sur plusieurs aspects - notamment la qualité de la vie- considérée comme la première du Cameroun soit tombée si bas. Pas d'emploi, pas d'entreprises. Pas de cadres de divertissement pour les jeunes. Initiatives privées et publiques inconsistantes voire rares. Exode massif et attractivité quasi nulle. Il n'en fallait pas plus pour que Nkongsamba soit déclarée par certains " ville maudite"

En tout cas, cette hypothèse a été consacrée par la célébration le 14 janvier 2015 d'une messe spéciale et solennelle de "purification, bénédiction et sanctification", messe dite par tous les évêques du Cameroun réunis à Nkongsamba dans le cadre de leur séminaire annuel du 10 au 17 janvier 2015.

Les explications les plus plausibles et avérées justifiant la décrépitude de Nkongsamba ne semblent pas convaincre grand nombre. En fait, on a beau fait d'expliquer aux uns que la chute du prix du café est la principale voire l'unique cause de la chute de la ville. Il y en a qui vous rétorque que d'autres villes comme Bafoussam avaient également une intense activité caféière et n'ont pas chuté avec la chute du prix du Café. On insistera sur les effets dévastateurs du conflit entre les allogènes et les autochtones (mbos etbamilékés) que certains vous feront remarquer que la difficulté des relations entre les peuples dits "originaires" et ceux dits "étrangers" n'est pas l'apanage de Nkongsamba. On soutiendra que la construction de la route nationale n°5 en dehors du centre ville a largement contribué à tuer la ville? Certains toujours pas convaincus vous diront qu'ailleurs, là où la route passe le développement suit. Pourquoi ce n'est pas le cas à Nkongsamba?

Comme on le voit, ils sont nombreux ceux qui veulent expliquer et faire comprendre que la " situation comateuse " de Nkongsamba est la conséquence d'une malédiction subie suite à plusieurs faits historiques (sociaux et politiques) souvent tragiques.

Le sang versé des religieux et des "nationalistes" ?

Ils évoquent à l'appui de leur conviction d'une part le sang versé des prêtres et religieux du Diocèse de Nkongsamba tués par les nationalistes ou maquisards -selon le cas- en représailles de la déclaration des évêques camerounais réunis à Nkongsamba en 1955 condamnant "les méthodes de l'UPC" et invitant les chrétiens à se détourner de ce parti. Plusieurs membres de ce parti se verront à leur tour massacrés et décapités à Nkongsamba par les forces de l'ordre et leurs têtes exposées sur les places actuelles du marché central et de l'hôpital régional.

Le rite du chien noir?

Chaque habitant de Nkongsamba avait été obligé de jurer sur un chien noir comme quoi il n'appartenait pas aux réseaux des "maquisards" et surtout qu'il dénoncerait toute personne qui serait - à sa connaissance - hostile au gouvernement de l'UNC. Les six chiens noirs qui servirent au rite furent enterrés vivants et un monument érigé. Ce monument est encore visible aujourd'hui près de la Maison de la ...paix. Les conséquences furent terribles: on estime à plusieurs milliers les gens de Nkongsamba qui ont été ainsi victimes de règlement de compte, délation, dénonciation, tortures, fusillade, meurtres, assassinats, disparition, emprisonnement...

L'incendie de certains quartiers?

L'administration locale dans son objectif clairement affiché de déceler et de poursuivre les "ennemis de la nation" jusque dans leurs derniers retranchements avait en 1958 purement et simplement mis le feu à deux quartiers réputés être les fiefs des "maquisards". Il s'agit du quartier n°3 connu sous le nom de Katanga et quartier 7 (actuel groupe 4) qui portait autrefois le nom de ....Madagascar. On dénombra quelques centaines de morts, tous innocents dit-on.

Le marché le jour du Seigneur?

Le jour du marché à Nkongsamba est le dimanche. Ce ne serait le cas dans aucune autre grande ville du pays. Il y en a parmi les populations Nsambalaises au premier rang desquelles le clergé chrétien suivi en cela par les plus hautes autorités administratives de la ville qui voient cette pratique comme une désobéissance flagrante aux dix commandements. " tu honoreras le jour du Seigneur " et un motif de "malédiction" divine qui expliquerait les tourments actuels de la ville.

La Feymania ?

La méfiance automatique et subite qui gagne toute personne qui découvre que son interlocuteur est un "gars ou une go de Nkong" est symptomatique de l'impact que ce phénomène a sur la ville. Et pourtant, tous ces feymen qui à un moment comptaient en centaine de millions si ce n’est milliards de francs CFA dans leur gibecière, ont investi ailleurs mais jamais rien à Nkongsamba. Il se dit que les nombreuses victimes n'ont jamais cessé de "maudire " leurs bourreaux.

Les Mbo et les Bamilékés?

Ailleurs, la rivalité entre les allogènes et les autochtones n'empêche pas le développement sauf à Nkong. On fait dire que les "mbos" regarderaient d'un très mauvais œil l'hégémonie et la présence trop massive des allogènes à Nkongsamba et caresseraient le vœu secret de les voir repartir chez eux sinon de les chasser. Conséquence, comme ils ne se reconnaissent plus dans leur village, ceux qui parmi eux sont très haut placés se seraient refusés et se refuseraient encore à proposer ou soutenir tout investissement public d'envergure à Nkongsamba. De plus les autochtones reprocheraient aux allogènes de faire fortune à Nkongsamba et d'aller investir ailleurs dans leur village à l'Ouest.

Les deux camps rivaux?

Il est de notoriété publique que la ville de Nkongsamba est politiquement divisée en deux camps. La manifestation la plus explosive de la rivalité est la situation à la mairie de Nkongsamba 3. Les deux camps se neutraliseraient en neutralisant chacun toute opportunité de développement qui serait initiée par les membres de l'autre camp.
L'arrêt brutal du développement de la ville symbolisé par le départ du dernier train en avril 1991 est fondé probablement avec des pourcentages variables sur chacun de ses faits historiques sociaux et politiques. Mais faut-il voir dans ces faits et bien d'autres des signes d'une quelconque malédiction qui s'acharnerait sur la ville de Nkongsamba, chacun ira de son analyse et de sa conviction. Ils sont également un bon nombre à penser que la théorie de la malédiction n'est que foutaise et qu'il suffit de créer des entreprises et des emplois et la ville va renaitre. Ce à quoi les tenants de la thèse de la malédiction rétorquent que justement pourquoi n'arrive t-on plus à créer des entreprises à Nkongsamba....? Eh bien

Ce qui est sûr, des signes de la renaissance sont de plus en plus perceptibles dans la ville même si les pesanteurs ci-dessus énumérés sont encore trop présentes.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 08:05

André Mba Obame n’est plus. L’illustre homme politique du Gabon est décédé ce dimanche 12 avril 2015 à Yaoundé des suites d’une longue maladie.

Si le mystère plane encore sur le lieu exact du décès d’André Mba Obame, son entourage fait savoir que ce dernier est arrivé la semaine dernière de Niamey, la capitale du Niger pour la capitale politique du Cameroun où il attendait un visa d’entrée en Afrique du Sud. «Il était question qu’il retourne en Afrique du Sud pour la suite de ses soins. Malheureusement, le sort en a voulu autrement» se désole notre source.

Âgé de 58 ans, André Mba Obame a été un ponte du régime qui a dirigé pendant 42 ans, le Gabon avec aux commandes Omar Bongo. Au lendemain du décès de ce dernier en 2009, celui qui était alors ministre de l’intérieur, bascule dans l’opposition contre son ex grand ami Ali Bongo Ondimba, devenu président de la République du Gabon après des élections controversées d’aout 2009.

Candidat malheureux à cette présidentielle, André Mba Obama a sombré dans une grave maladie trois ans plus tard. Depuis lors, il n’a plus repris une vie politique normale.

Il décède deux jours après la disparition à Paris, de Rose Francine Rogombé, ex présidente du Senat Gabonais qui est devenu célèbre quand elle avait été appelée à assurer l’intérim de la Présidence du Gabon après le décès des suites de maladie de Omar Bongo.

Le Gabon, pays limitrophe du Cameroun, sort donc d’un week-end très éprouvant.

Adeline ATANGANA, Cameroon-Info.Net

Partager cet article
Repost0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 08:50

Le club des marathoniens du Littoral organise la 4ème édition de son semi-marathon sous le nom "Douala training cross-country". Cette compétition qui aura lieu le 25 Avril 2015 est parrainée par la Ligue Régionale d'Athlétisme du Littoral (LIRAL) et le sponsors est eneo.

Les inscriptions sont déjà ouvertes sur les pôles ci-après : omnisports le samedi matin-voir Mr.Gaston Nguimkeng. A l'Université de Douala - voir le coach Mr.Ngoumou Manga Pierre et au carrefour Agip-voir le président des marathoniens Essomé David.
NB.Tout les athlètes présents sur la ligne du départ ce 25 Avril devront passer devant la commission médicale présente sur le site du stade annexe de Bependa.

Contacts :

1- Essomè David (+237 677 66 57 70)

2- Ngounou Manga Pierre ( +237 695 86 38 30)

3- Nguimkeng Gaston (+237 699 61 56 77

4- Foupouagnigni Abdouramani (+237

Partager cet article
Repost0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 08:21
SIEN2015 : De nombreux partenaires pour l’édition de mai prochain

SIEN2015 : Du 16 au 25 mai 2015 au Cercle Municipal/Hôtel Le Moungo

Avec le soutien des partenaires :

Communauté Urbaine de Nkongsamba (CUN), les communes de Nkongsamba 1er, Mombo, Dibombari, Mbanga, Manjo, Penja. Les entreprises Synergie Nord-Sud, Brasseries du Cameroun, Camtel, Bruleries du Moungo, Constant Ngako, Archi 5, Pat Événementiel, Guinness S.A, UCAL, Nkongsamba Express, Boulangerie Parthenon sarl.

Avec l’appui des départements Ministériels :

MINPMEESA, MINESUP, MINSEP, MINTRANSPORT, MINCOMMERCE, MINEPAT, MINEFOP, MINTOURL, MINCOM

Partenaires Médias :

Nkongsamba Fm, La Voix de la Diversité, Radio Bethany, Canal2 International International, Afrique Mon Afrique TV USA, CRTV, Le Soir, Scores2000, Ouest-Echos, Point Afrique Magazine, Cameroun Tribune, Le quotidien de l'économie, le jour, Le Messager, La Nouvelle Expression, 237online, yaoundeinfos.com, africa-info.org.

Contact des Organisateurs, Scores2000 (RDDA N°130/C16/BAPP du 22/09/2003)-Organisation à but non lucratif – Tél. : 233491921/663956404/678470070/675457932

Partager cet article
Repost0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 08:15

Les populations de la région du Littoral, notamment de celles de Douala et de Nkongsamba, ont collecté respectivement 349 millions de francs CFA et 42 millions en l'espace de trois semaines, pour venir en aide aux forces de sécurité et de défense nationales en lutte dans l'extrême nord du pays contre la secte terroriste nigériane Boko Haram.

Sous le label «la contribution de la place des affaires contre le Boko Haram'', des industriels et des particuliers ont répondu présent à l'appel du gouverneur de la région du Littoral, Joseph Beti Assomo, qui a assuré que les ''fonds et les vivres collectés seront acheminés aux bénéficiaires».

Dans les détails, 287 millions de francs CFA en espèces et chèques ont été enregistrés, en plus de 62 millions de francs CFA représentant la contribution en produits alimentaires, soit au total, 349 millions de francs CFA.

Il s'agit de la plus grande contribution enregistrée au Cameroun, depuis que des citoyens, dans un élan de solidarité avec les soldats au front, ont entrepris de collecter des fonds et des vivres pour venir en soutien aux forces de sécurité et de défense nationales.

Il faut ajouter que sous la présidence du Préfet HONA Thomas, le Moungo s’était positivement distingué en contribuant pour 42 millions. Soit 31 millions en espèces et 11 millions en chèque. A cela il faut ajouter les dons en nature composés d’eau, d’huile et de riz, des facilités de transport pour les forces de défense et de sécurité. Ils restaient encore plusieurs entreprises qui n’avaient pas fait le geste. Parmi les plus gros contributeurs, on a enregistré : la PHP avec 10 millions, les usiniers du SUACC avec près de 5 millions, Me EDIMO NANA Ferdinand avec 1 million, SIME Pierre avec 1 million et demi, El Hadj Oumarou avec 1 million, KUETE Jean avec 1 million, DIMITRI KONTOS de Parthenon avec 500 mille, les grandes communes du Moungo avec 500 mille, etc.

Sur instruction du Président de la République, Paul Biya, le gouvernement a ouvert un compte spécial au Trésor public, où seront gardés les fonds collectés, et dont la gestion sera assurée par le ministère de la Défense.

Kengni Olga Arlette/Cp

Partager cet article
Repost0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 06:36
Nkuissi Florence, Présidente de la commission
Nkuissi Florence, Présidente de la commission

Description : Concours Urbain de Beauté

Organisateur : SIEN

Pays : Cameroun

Date de création : 2015

Prix remis : - titre annuel de MISS NKONGSAMBA

  • Écharpes
  • Couronne et autres
  • DÉROULEMENT
  • Avant présélection

Consiste à sélectionner dans chacun des 29 villages et quartiers que compte la ville de Nkongsamba une MISS. Ces 29 candidates devront apprêter 4 tenues.

  • Présélection

Les candidates sont des filles sectionnées pour représenter les 29 villages ou quartiers de Nkongsamba. Cette phase consiste à faire élire par un comité de présélection quelques jours avant la finale, 10 MISS des 29 candidates selon des conditions physiques, de comportement, d’élocution et un test de culture générale. Cette élection se fera au village du SIEN, mardi le 19 mai 2015.

  • finale

Au cours de la phase finale, un jury composé d’un membre du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille, d’un membre du Ministère du Tourisme, des personnalités artistiques (mannequins, stylistes), médiatiques et neutres, etc., élit 3 finalistes parmi les 10 candidates ayant été présélectionnées. Elle se déroulera vendredi le 2 mai 2015. Les rubriques de notation seront :

  • note physique : le visage, la corpulence, l’allure générale de la candidate, le teint;
  • note vestimentaire : originalité de la recherche, de la prestance, adaptation du costume à la morphologie de la candidate ;
  • note intellectuelle : réponse à la question posée au préalable aux 10 finalistes par le comité d’organisation du SIEN.

Les notes du jury permettront de classer les 3 premières, c’est-à dire la MISS NKONGSAMBA et ses 02 Dauphines, qui pendant une année entière, porteront et promouvront le titre et les activités de MISS NKONGSAMBA et Dauphines. .

  • TENUE DE DÉFILE
  • LORS DE LA PRÉSÉLECTION
  1. tenue de ville
  2. tenue de plage
  • LORS DE LA FINALE
  1. tenue de plage ;
  2. tenue traditionnelle ;
  3. tenue de soirée.
  • CONDITION DE PARTICIPATION

Pour devenir MISS NKONGSAMBA,

Il faut impérativement :

  • être née de sexe féminin ;
  • avoir un âge entre 18 et 35 ans à la date du 16 mai de l’année en cours ;
  • ÊTRE NÉE A NKONGSAMBA ;
  • avoir fréquenté au moins pendant 2 ans dans un établissement maternel et ou scolaire et académique de Nkongsamba ;
  • AVOIR PASSE AU MOINS 7 ANS DE SA VIE DANS LA VILLE DE NKONGSAMBA ;
  • avoir ou pas des enfants ;
  • ETRE célibataire, divorcé, ou veuve ;
  • être de bonne moralité ;
  • Déposer un dossier de candidature à SCORES 2000(situé à coté du commissariat du 1e arrondissement), constitué de :
  1. 01 photocopie de la Carte Nationale d’Identité ou de la Carte Scolaire,
  2. 01 photo entière,
  3. Une fiche de candidature à retirer à SCORES 2000,
  4. Verser une somme de 500 Francs CFA, de frais d’inscription,
  5. UN CASIER JUDICIAIRE VIERGE

Il ne faut pas :

  • avoir des artifices, tel que perruque, lentilles de couleur, extensions ;
  • être tatouée (sauf tatouage discret) ;
  • être percée (exception aux oreilles) ;
  • Avoir eu recours à la chirurgie plastique (exception à la chirurgie réparatrice) ;
  • S’être livrée à la prostitution ;
  • Fumer ;
  • Avoir posé partiellement ou totalement dénudé.
  • OBJECTIFS
    • Objectif général

Célébrer la Beauté, l’Intelligence, l’Unité et la diversité culturelle de la ville de Nkongsamba.

  • Objectifs spécifiques
    1. Préparer l’organisation
    2. Réaliser le défilé
    3. Assurer la survie de l’image de la MISS ou des ses Dauphines, à travers l’assistance aux activités et événements divers
  • INTERVENANTS

Pour réaliser ce projet, le comité d’organisation a besoin de plusieurs niveaux d’intervention. Il s’agit notamment de :

  • La Préfecture et Les Sous-préfectures
  • LES MAIRIES
  • LES DELEGATIONS DE LA JEUNESSE ET DE L’EDUCATION CIVIQUE
  • Les Présidents Des Comités De Développement
  • LE CONSEIL NATIONAL DE LA JEUNESSE DES 1ER, 2EME, 3EME ARRONDISSEMENTS DE NKONGSAMBA
  • Les membres du comité de coordination du SIEN
  • LES CHEFFERIES
  • Les Mécènes
  • Les associations de la société civile
  • Les médias
  • Forces de Maintien de l’Ordre
  • Le Ministère du Tourisme
  • Le Ministère des Transports
  • Le Ministère de la promotion de la Femme et de la Famille
  • Les sponsors - Contacts de la Commission Miss Nkongsamba : +237 691732599
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens