Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 11:26

Partenaires depuis 2009, Curie-Cancer et Roche souhaitent développer la recherche translationnelle pour accélérer l’arrivée de nouveaux traitements en cancérologie

Paris, Boulogne, le 15 mai 2013 - Curie-Cancer, la structure qui conduit les activités de recherche partenariale industrielle de l’Institut Curie, et l’Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle, renforcent leur collaboration.

L'Institut Curie et Roche ont signé en 2009 un premier partenariat de recherche préclinique d'envergure, pour une durée de trois ans. Il visait à mieux comprendre le mécanisme d'action d'un nouvel anticorps de Roche, premier représentant d'une nouvelle classe thérapeutique, dans des formes de cancer du sein particulièrement agressives et pour lesquelles les traitements actuellement disponibles s’avèrent peu efficaces.

Grâce à ce partenariat, Roche a pu bénéficier d’une plateforme de modèles précliniques très représentatifs des tumeurs observées chez les patients, développés par les équipes de l'Institut Curie, afin de déterminer dans quel sous-type de cancer du sein ce nouvel anticorps s’avérait le plus efficace. L’Institut Curie possède par ailleurs une plateforme de protéomique RPPA (Reverse Phase Protein Analysis) parmi les plus performantes au monde par le nombre de marqueurs de l’activité d’une cellule qu’elle permet d’explorer. L’utilisation de cette plateforme a permis de préciser au niveau moléculaire l'impact de l’anticorps de Roche sur les cellules cancéreuses et d'identifier des marqueurs prédictifs de réponse.

La mutualisation des expertises de Curie-Cancer et de Roche au stade préclinique du développement de cette molécule a permis de mieux définir le protocole des premiers essais cliniques à conduire, facteur clé pour maximiser les chances de succès de ces essais.

« Cette première collaboration entre les chercheurs de l'Institut Curie et ceux de Roche a été très positive », précise Céline Bouquet, Directrice de l’Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle. « La réelle proximité des équipes cliniques et de recherche a naturellement conduit Roche à choisir l’Institut Curie comme centre pour le développement clinique de phase 1 (première administration de la molécule à l’homme), et la première personne au monde à bénéficier de cette nouvelle molécule a été une patiente de l’Institut Curie. »

Une collaboration qui prend de l’ampleur
Curie-Cancer et Roche collaborent actuellement sur plusieurs programmes de recherche translationnelle portant sur d’autres molécules de Roche et faisant en partie appel aux mêmes plateformes technologiques. Cliniciens, anatomopathologistes et chercheurs de Curie-Cancer participent par exemple au développement d'une nouvelle molécule de Roche ciblant l'environnement tumoral.

Cet exemple illustre parfaitement la réalité du continuum qui existe à l’Institut Curie entre la recherche fondamentale, la recherche translationnelle, et la recherche clinique, ainsi que le souhaitait sa fondatrice Marie Curie. « Il est important que les laboratoires pharmaceutiques nous exposent leurs besoins et leurs questions suffisamment en amont dans le processus de développement de leurs molécules, pour que nous puissions leur proposer la mise en place de collaborations faisant appel à un large éventail d’expertises et de plateformes. Ces discussions scientifiques en amont nous permettent d’ailleurs aussi le plus souvent d’explorer de nouvelles approches innovantes, relevant parfois du domaine de la recherche fondamentale », explique Sergio Roman-Roman, Directeur de la Recherche Translationnelle à l’Institut Curie.

Les grands instituts de recherche académique comme l’Institut Curie ont mis en effet au point de nombreuses plateformes technologiques pour les besoins de leurs travaux propres. Ces plateformes résultent d’investissements lourds financés en partie par l’Etat, qui permettent également la conduite de programmes de recherche en collaboration avec des industriels, au bénéfice des patients.

« Cette collaboration avec Roche prouve à nouveau que l’Institut Curie développe des savoir-faire en parfaite adéquation avec les besoins de nos partenaires industriels », indique Damien Salauze, Directeur de Curie-Cancer. « L’expertise cumulée par Curie-Cancer, reconnue par notre label Carnot obtenu en 2011, est mise à la disposition de partenaires allant de la PME au groupe international, au bénéfice final du patient. »

La recherche translationnelle, point de rencontre entre public et privé
La recherche fondamentale produit de la connaissance et la recherche clinique, du progrès médical. La recherche translationnelle fait le lien entre les deux. L’enjeu : accélérer le développement de nouveaux médicaments, grâce à la meilleure compréhension de la biologie des cancers. La recherche translationnelle permet notamment de définir des marqueurs prédictifs de l'efficacité de nouvelles molécules chez les patients, et ainsi de mieux identifier les sous-groupes de patients susceptibles d’en bénéficier.

« La recherche translationnelle rapproche tous les acteurs, au bénéfice de tous. Nous voulons généraliser cette façon de travailler, parce qu’elle accélère l’accès aux traitements innovants pour les patients », précise Corinne Le Goff, Présidente de Roche Pharma France et de l’Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle. « Cette première collaboration réussie nous incite à considérer Curie-Cancer comme un partenaire privilégié pour la conduite de nos prochaines études cliniques précoces avec d’autres molécules développées par Roche. »

A propos de Curie-Cancer
Curie-Cancer est la structure qui conduit les activités de recherche partenariale de l’Institut Curie. Elle rassemble les équipes de l’Institut Curie qui ont déjà des collaborations industrielles en cours, ainsi que les équipes travaillant sur des thématiques susceptibles d’intéresser à terme des partenaires industriels. Ces équipes rassemblent les compétences académiques nécessaires à la mise en place d’une collaboration avec un partenaire industriel pour créer, puis développer des thérapeutiques contre le cancer.
Curie-Cancer, pilotée par une équipe rompue aux pratiques de l’industrie, peut ainsi s’appuyer sur l’Institut Curie pour mener à bien des projets allant de la recherche fondamentale à la recherche clinique. Curie-Cancer a obtenu des pouvoirs publics en 2011 le label « Institut Carnot », qui récompense l’excellence et l’implication de l’Institut Curie dans la recherche partenariale.
 
A propos de l’Institut Curie
L’Institut Curie est une fondation privée reconnue d’utilité publique, fondée en 1909 par Marie Curie. L’Institut Curie, leader européen de la lutte contre les cancers, rassemble dans son centre de recherche et son ensemble hospitalier, 3 200 chercheurs, médecins, soignants, techniciens et administratifs. L’Institut Curie souhaite orienter une partie de ses recherches vers des programmes conduits en collaboration avec des partenaires industriels, et dont les résultats permettront la mise à disposition rapide de produits ou de services pour les patients.
Pour en savoir plus : http://www.curie.fr

A propos de l’Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle
L’Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT) est actuellement en France le seul institut entièrement dédié à la recherche partenariale dans les sciences du vivant. Il a pour missions d’identifier, en fonction de la stratégie de R&D du groupe, des équipes d’excellence de la recherche académique française et de construire avec elles des partenariats scientifiques de haut niveau dans des domaines d’intérêt mutuel. L’objectif de Roche est de transformer plus rapidement les découvertes de la recherche en applications cliniques au bénéfice des malades, dans les domaines de la cancérologie, du système nerveux central, du métabolisme ou encore de la virologie. http://www.roche.fr

A propos de Roche
Roche, dont le siège est à Bâle, Suisse, figure parmi les leaders de l’industrie pharmaceutique et diagnostique axée sur la recherche. Numéro un mondial de la biotechnologie, Roche produit des médicaments cliniquement différenciés pour le traitement du cancer, des maladies infectieuses et inflammatoires ainsi que des maladies du métabolisme, de même que dans le domaine des neurosciences. Roche est aussi le leader mondial du diagnostic in vitro ainsi que du diagnostic histologique du cancer, et une entreprise d’avant-garde dans la gestion du diabète. Sa stratégie des soins personnalisés vise à mettre à disposition des médicaments et des outils diagnostiques permettant d’améliorer de façon tangible la santé ainsi que la qualité et la durée de vie des patients. En 2012, Roche, qui comptait plus de 82 000 employés dans le monde, a consacré à la R&D plus de 8 milliards de francs. Son chiffre d’affaires s’est élevé à 45,5 milliards de francs. Genentech, aux Etats-Unis, appartient entièrement au groupe Roche, lequel est par ailleurs l’actionnaire majoritaire de Chugai Pharmaceutical, Japon. Pour en savoir plus : http://www.roche.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens