Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 08:52

Le catalogue d'élites dont regorge la ville de Dibombari serait fort à envier dans d'autres contrées. Qu’elles soient traditionnelles, politiques, culturelles, intellectuelles, Dibombari a de nombreuses élites et nous pouvons nous targuer d'avoir des fils et filles ici et ailleurs dont les seuls noms attirent respect et révérence. Mon papier n'a pas vocation de lister ces personnalités qui feraient la fierté de Dibombari, Non! (l'exhaustivité d'un tel travail ne serait que chimérique!). Il est surtout question de s'interroger sur l'impact que ces "têtes" de Dibombari ont sur le quotidien de leur arrondissement. Notre élite au-delà de briller par son absence dans notre ville (mis à part lors des obsèques importantes), brille également par son désintérêt flagrant pour les chantiers de développement de nos communautés.

L'élite de Dibombari est silencieuse, morte, morte pour sûr ! Mais on peut lire entre les lignes que cette élite avait simplement réduit ses actions dans les activités politiques et observe depuis de longs mois déjà une léthargie notoire quant à toute implication dans les choses du "village". A la faveur de la lutte contre le coronavirus, nous avons vu en Mai 2020, se mobiliser quelques fils et filles de chez nous pour offrir aux populations de quoi se protéger contre le virus. Une action ô combien louable! Mais depuis lors, c'est le grand silence. Les populations sont seules et abandonnées sans leurs "éclairés". De nombreux enfants de Dibombari sont dans divers postes dans le pays, mais la jeunesse diplômée ne tire aucun avantage de ces positions. Lorsqu'on se plaint, la phrase connue revient:" mais c'est vous qui ne nous approchez pas"... Cette élite est en panne, elle est inerte, handicapée par de nombreux conflits d'intérêt, par des guerres intestinales qui ne nous aident pas, par des déceptions politiques, par des fratricides au nom d'un bout de terrain, par ses égoïsmes et ses individualismes... Nous voulons de cette élite qui sait mettre l'intérêt des communautés avant le sien, de cette élite qui œuvre pour le progrès et le développement des communautés et de la ville, cette élite qui sache faire bouger les lignes, qui sache faire profiter aux plus jeunes les nombreuses opportunités liées à ses positions, qui sache s'impliquer au quotidien des mutations régulières que connaît notre ville face aux défis démographiques que nous connaissons. Bref, une élite qui VIT... L'enclavement socio-économique de Dibombari est en partie dû au refus de consolider les forces endogènes et exogènes pour un développement collectif. Nous ne progresserons JAMAIS sous ce prisme (prenez mes mots au sérieux) individualiste et en rangs dispersés. Un comité local de réflexion (non pas sur WhatsApp) devrait dès à présent se pencher sur les questions du futur de Dibombari et sur le sens à donner à notre ville dans divers plans. Les défis infrastructurels et d'énergie ou d'eau ne sont pas l'apanage de la Marie seule. Des actions consolidées peuvent être menées dans le but d'apporter des solutions aux cruciaux problèmes de formation et d'emploi des jeunes de Dibombari, aux questions essentielles de l'eau et de l'électricité qui restent toutefois épineuses. Au développement culturel et sportif, à l'épanouissement de notre population qui n'a que trop sombré d'avancer sans l'appui de ses forces vives. Il ne se sera pas agi de la victoire d'un tel ou d'une telle, mais de la fierté de toute une communauté, de la fierté de notre Dibombari à nous TOUS! Bientôt, une interview du Maire Justin BEJEDI NDAMÈ.

Par le Syndrome de Bomono/CP

Contact Rédaction de Scores2000 : +237 678894092 / 699451920

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 16:53

La diaspora de Njombé soucieuse du développement et de l'épanouissement de ses congénères, en cette période de rentrée scolaire 2021-2022 et de crise sanitaire liée à la pandémie au Covid19, a offert un important matériel didactique aux établissements scolaires, et des matelas pour quelques centres de santé de la localité. La distribution de ce paquet a été effective le vendredi 08 octobre par l'entremise de l'Association Rassemblement Motivé des Jeunes Ressortissants de Njombé. Cette organisation qui a également pour slogan "j'aime Njombé développement".

Dans un entretien avec les médias, le président de l'association Noah David a laissé entendre que le chemin long entamé sera le leitmotiv de leur détermination et pensées quotidiennes. Du côté de l'école Saint-Jean de Njombé, l'accueil a été des plus chaleureux et les responsables de cette école catholique ne cachent pas leur satisfaction. Dans des extraits d'entretiens, les deux responsables de l'école Saint-Jean ont affirmé qu’il y a matière à réflexion. Pour la première enseignante ayant communiqué, quelques doléances récurrentes sur le volet informatique sont mentionnées. L’école Saint-Jean parle toujours de l'informatique, des livres pour la bibliothèque, des matériels sportifs et des tables-bancs. Le processus de distribution est le même dans les écoles Saint-Paul et Saint-Charles. Au Collège Universel, Mr Ngouabe se dit heureux de recevoir des manuels scolaires qui contribuent désormais à enrichir la bibliothèque de l'établissement. Rendus au Centre de Santé Catholique, c'est le même accueil qui est réservé aux chargés de mission de l'association. La tournée de distribution de ces accessoires s'est achevée au Centre de Santé intégré de Njombé. Pour le responsable du lieu, "ces matelas vont contribuer à renforcer le dispositif de prise en charge des patients des différents centres de santé". Au-delà de tout ceci, l'association a pour objectif d'étendre ses actions vers plusieurs secteurs de notre société, notamment la sensibilisation de la jeunesse en ce qui concerne la consommation des stupéfiants et bien d'autres éléments prohibés par les autorités gouvernementales et partant l’Organisation Mondiale de la santé (OMS). Pour le président NDIM Yannick de cette association, "ces actions sociales méritent toutes des encouragements, on va dire bravo à la diaspora de Njombé pour l'initiative, en attendant bien évidemment d'autres actions encore plus fortes".

BILEVUZ MINKAM/CP

www.scores2000.info

SM EPANDA chef traditionnel du village NGALMOA vous attend au 5e congrès du CODECABA à NGALMOA du 22 au 27 novembre 2021. Soyons tous présents à la fête CULTURELLE ET TRADITIONNELLE du peuple BAN'EKA

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 16:29
 

C'est avec un retard énorme, seulement le 11 octobre dernier, que le maire de céans a rétrocédé les kits aux 1dix directeurs d’école de la communauté. 9 Chefs d'établissements présents à 12H14, en plus de l'inspecteur M. EBOUELE NGOUME Maurice de l'éducation de base (IAEB CAN2) pour une cérémonie prévue à 11 heures. Le maire SAMEN Patrice très attendu pour la cérémonie a une fois de plus frustré les enseignants comme vendredi dernier ou il avait déjà mis en veilleuse les enseignements pour la distribution des paquets minimum...

Dix chefs d'établissements sont finalement à présents à 12h26 dans la salle des actes de la municipalité. Dans une autre attente interminable qui gênera le second adjoint FOWOA Aimé René donc l’acte courageux contribuera à tirer le chef de l'exécutif de son bureau... Ce dernier arrivé enfin, dans l'espace cérémoniel, va commencer par s'excuser pour le rendez-vous manqué de vendredi dernier indépendamment de sa volonté, mais plutôt causé par les embouteillages sur l'axe Douala-Nkongsamba.

Selon M. EBOUELE NGOUME Maurice, Inspecteur de l'Éducation de Base de la CAN2 (Commune d'Arrondissement de Nkongsamba II), "le paquet minimum va permettre de lutter contre la corruption au sein des établissements scolaires". Il a par ailleurs dans son allocution,

demandé aux Directeurs d'écoles d'améliorer la qualité des enseignements et d'en faire bon usage des lots reçus. Il promet de passer dans chaque établissement sous peu dans l'optique de contrôler l'effectivité des utilisations de ces matériels mis à disposition par le Ministère de l'Education de Base et dont la mairie est juste intermédiaire dans la rétrocession. Le coût de l'investissement est de 5 millions et environ 350 000 francs.

Les Hommes de médias discriminés qui se sont vus refusé l'accès à la salle ont posé une question récurrente "Pourquoi l'absence du Comptable matières, du Receveur Municipal et du Fonde de pouvoir.

?"

 Ces derniers avaient déjà fait cette remarque lors de la cérémonie de rétrocession de cinq millions en matériels pour la lutte contre la Covid19 aux chefs des quarties il y a moins de 2 mois, prêtant de mauvaises intentions aux prestataires de service... Des explications concordantes, il ressort que les premiers ci-dessus cités sont au début de l'opération dans la vérification de l'effectivité de la commande et la livraison et que la dernière, le Recevoir Municipal intervient à la fin pour le règlement de la prestation.

La Seule chose regrettable de cette matinée est le comportement du service technique qui a arraché le maire SAMEN Patrice de l'attention des enseignants pour une visite d'autres chantiers. Est-ce que ce geste conforterait la thèse de l'indisponibilité pour le milieu éducatif et la non prise en charge des préoccupations des centres de formation de sa localité comme par exemple le CFPM (Centre de Formation Professionnelle aux métiers de Nkongsamba) où son président de Comité de gestion ou de suivi ne serait jamais passé ? Thèse rapidement battu en brèche par M. NGOH PRISO Léopold, Secrétaire Général de la Commune de Nkongsamba 2eme qui trouve que le chef de l'exécutif fait des efforts et de grands sacrifices pour les écoles de sa Commune.

Sylvain Timamo

 

 

..........................................................................................
COMMUNIQUE
Le Fondateur du Collège d'Enseignement Technique Industriel et Paramédical Bilingue (CETIP-B) de KEKEM invite tous les Parents d'élèves et Enseignants de son Etablissement, à prendre part à la première et importante assemblée générale des parents d'élèves et enseignants pour l'année scolaire 2021/2022, qu'il animera le vendredi 22 octobre 2021 à 14 heures précises, en la salle polyvalente du CETIP Bilingue, sis à Petit-Nkam.
L'ordre du jour très important sera communiqué séance tenante.
la présence de tous est vivement souhaitée, sous la contrainte du respect des mesures barrières contre la COVID19.
Partager cet article
Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 16:26

Le gouvernement vient d’acquérir plus de 34  000 bouteilles d’oxygène pour les grands centres de traitements des malades du coronavirus. C’est ce que révèle ce 11 octobre à la CRTV radio le média public, Georges Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie, les épidémies et les pandémies au ministère de la Santé publique.

D’après ce responsable, c’est le président de la République qui a instruit cette acquisition spéciale qui correspond à « trois mois d’autonomie nationale en oxygène en attendant que d’autres mesures pérennes soient prises ». Néanmoins, cette information n’a pas pu être confirmée de manière indépendante par SBBC.

Le renforcement en oxygène des centres de prise en charge des malades du coronavirus devrait permettre de faire face à la troisième vague que les autorités sanitaires notent depuis plusieurs semaines déjà.

Selon des chiffres compilés par l’université américaine John Hopkins, le Cameroun a enregistré 442 cas de coronavirus ces sept derniers jours et la CRTV révèle que 25 personnes sont sous oxygène. Depuis le déclenchement de la pandémie au Cameroun en mars 2020, le pays a enregistré plus de 95 000 cas et plus de 1 500 décès selon les chiffres officiels.

L.A./CP    www.stopblablacam.com

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2021 2 12 /10 /octobre /2021 16:20
un extrait du Chapitre II
Nous habitions le quartier neuf encore appelé Mouandja. Les résidences étaient aussi vieilles que le monde. Les routes avaient connu l’influence de la colonisation occidentale, mais s’étaient dégradées au fil des ans pour ne laisser qu’un soupçon de bitume et un amas de pouzzolane. Les tôles neuves sur du parpaing et des planches coiffées de toiles d’araignées, formaient un mélange hétérogène. Quelque borne fontaine à longueur de journée vomissait son précieux liquide inodore, c’est à ses jambes enracinées dans le béton que toutes les familles venaient s’abreuver. Les devantures des maisons, même cimentées, étaient exploitées à bon escient par des gamins qui en firent des espaces de jeux. Ils y jouaient aux billes et aux cartes, misant parfois de l’argent, ne se privant pas de disputes, de bagarres sanglantes. On les comptait du bout des doigts, ceux qui n’avaient jamais fumé une cigarette ou ne se droguaient pas aux stupéfiants. La faute aux parents ne leur inculquant pas suffisamment l’intelligence nécessaire à la respectabilité en but de se conformer aux bonnes mœurs. N’étaient-ils pas les plus friands d’alcool, eux qui fréquentaient régulièrement les bars et se gargarisaient des plaisirs mondains ? Les femmes Nyangués, très courtisées, pratiquaient la prostitution. C’est chez elles que les adeptes de la débauche allaient déverser le supplément d’eau contenu dans les reins.
Les vidéoclubs, un peu trop nombreux, drainaient des foules immenses. On se ruait dans des salles archicombles pour admirer les escapades de Jackie Chan, les redoutables biceps d’Arnold Schwarzenegger, ou même le grand écart de Jean Claude Van-Dame. Mais il y avait également les films pornographiques interdits à une catégorie de personne. En corrompant le Katika pour les visionner, bien de jeunes acquirent leurs premiers diplômes de sexualité.
Des Babyfoots à l’entrée des casinos, les débits de boissons alcooliques ayant transformé leurs vérandas en marché de mouchardage, où le commérage se vendait à vil prix. Il n’était pas surprenant de voir des gens se taper dessus, en se brisant des bouteilles sur les crânes, après avoir avalé le vin jusqu’avaler la substance grise. Les histoires de jupons étaient l’épicentre de la majorité des scandales.
Les filles ne marchaient pas nues. Lorsque le kaba haussait le ton, les collants et les minijupes se taisaient. La corde servait à attacher le koki, et ne s’était pas encore révoltée au point de se substituer au caleçon. Le tissu pagne avait de la valeur, le métier de styliste nourrissait son homme. Je garde de cette époque le souvenir d’un grand couturier du nom d’Elie Wallach. Ses doigts soumettaient l’étoffe à l’impérialisme des ciseaux, il avait bonne réputation. J’allais constamment m’asseoir dans son atelier. Je l’aidais à nettoyer le sol, ou à vider la poubelle, et en retour je recevais une obole. Ma compagnie ne l’embarrassait guère, il ne manquait pas de dire à tous ses clients que j’étais son meilleur allié. Comment un gamin put pénétrer le cœur d’un adulte au point d’occuper les premières places ? Sans doute qu’il avait des caractères et de l’esprit. J’appris à pédaler les machines, à placer les boutons sur une chemise, à raccommoder mes vieux pantalons.
L’atelier d’Elie Wallach se trouvait en bordure de route, au rez-de-chaussée d’un bâtiment en étage dont la dalle recouverte de lichens, à force de boire l’eau de pluie, avait fini par devenir poreuse au point qu’à la moindre rosée, elle déversait des larmes de détresse vers l’intérieur. Plusieurs machines à coudre se passaient le relais. Elie Wallach pédalait sans cesse, ne s’arrêtait que pour prendre les mensurations d’un client, ou pour fumer une cigarette. Les murs étaient recouverts d’images de footballeurs – Roger Milla, Fofana, Valderrama, Higuita – avec en bonus un imposant poster de Lapiro de Mbanga qui captivait les attentions, et faisait souvent l’objet de débats houleux entre clients et propriétaire des lieux. Alors j’écoutais les discussions, et, quoique je ne comprenais rien à la politique, je ne manquais pas de me faire ma petite idée sur ce que ça pouvait être. Un privilège pour quelqu’un de mon âge, et je me laissai aller à cette transformation.
Hermann Ntoka Dibakto, Poète-écrivain : "Je rêvais du prix Nobel"
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 10:40

Les transporteurs par motos depuis plus d'une semaine refusent de payer la somme de 17000 francs imposée par Mme Kwapnang Carine, Receveur Municipal sous le mobil que la vie est dure. Pourtant, selon cette dernière lors de la réunion de crise du 08 octobre dernier, c'est un extrait de la délibération N019/D/C/LM/SG du 22 juillet 2014. Elle a rappelé qu'en 2019, cette autre fourchette de contribuable n'a payé aucun impôt à cause de la pandémie à Covid19 et plus encore, la magnanimité du maire Kuate Wambo la dispensait des des 6 deniers mois de l'année.

Après plus de 3 heures de discussion, le Maire Kuate Wambo Guy Mesmin sous les propositions des conseillers municipaux présents opte pour une solution intermédiaire, faire payer 14 000 F par tous sous réserve des possibilités de la loi. Vincent Mbella Mbella, président d'honneur de l'association des benskinneurs de Loum trouve que le Maire s'est comporté en bon père de famille et sollicite l'adhésion des groupes... Il faut rappeler en passant que cette délibération met en évidence 6000 F à payer pour l'impôt libératoire de Catégorie A, 1500F de taxe de stationnement par trimestre... la commune de Loum compte 35 conseillers municipaux et son budget 2021 est proche de 677 millions. Kuate Wambo Guy Mesmin, après l'intervention de Me Patio Basile le Conseiller juridique de la mairie qui aurait apprêter une longue action en justice contre certains mototaximen, le maire de céans a laissé entendre que son amour et la passion loumoise lui impose de toujours penser aux bien des populations. Cependant, rien ne peut se faire sans les impôts et taxes des contribuables. Comment améliorer la mobilité dans la ville de Loum si les principaux utilisateurs que sont les motos taxis refusent de payes les impôts dûs ? Dans tous les cas de figure, les trois parties que sont l'exécutif municipal, les benskinneurs et les conseillers municipaux souhaitent le retour à la sérénité dans la ville de Loum...

M. Bernard Nyamsi Ndjako, Secrétaire général, s'est chargé des minutes de cette rencontre....
Propos réponses de Vincent Mbella Mbella du 08 octobre... Puis dans un bar du marché, dénonciations pour dénonciation : plusieurs hauts fonctionnaires de la ville de Loum et politiciens seraient des propriétaires des motos commerciales. Certains auraient instrumentalisé des pauvres jeunes, majoritairement anglophones pour ne pas payer les impôts. L'enquête se poursuit...
Contact Rédaction de Scores2000 : 678894092/699451920
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 10:10
C'est à la suite de la dernière réunion du Comité des Finances Locales (CODEFIL) présidée par le Préfet Yves Bertrand Noël NDJANA, le 07 octobre dernier, que les observateurs découvrent moins de 15% de taux de recouvrement des recettes en général. La Commune d'arrondissement de Nkongsamba1er est la dernière au classement.

Cette place est constatée par un ensemble regroupant les services du trésor public, les impôts et les représentants du FEICOM. El Hadj OUMAROU, maire de cette Commune a essayé de contester ces résultats pourtant évidents... Nous savons que cette activité a entraîné un long débat radiophonique durant lequel certains attribueraient le score de 2% de la mairie d'El Hadj OUMAROU à l'offensive de la Communauté Urbaine de Nkongsamba. Mais un pénaliste a démontré qu'il n'en était rien avec des compétences bien définies. Nkongsamba1er est en réalité la dernière Commune du Moungo à examiner son dernier compte administratif, dernière Commune dans la construction de son édifice administratif et de souveraineté, dernière dans l'aménagement d'un marché, dernière dans l'appui aux associations et jeunes entrepreneurs, dernière dans l'aménagement des infrastructures sportives (stade de football de Mbaressoumtou, terrain de basket, tennis, volley, etc), dernière dans les projets de logements sociaux, dernière dans la résolution des crises (Aigle de Nkongsamba, inondations récurrentes D'EBOUM-MBENG), dernière dans la capacitation d'un centre de santé pour soigner ses populations, et la liste est loin d'être exhaustive...

Du coup, les populations averties, anciennes et nouvellement arrivées dans la cité se posent des questions sur la qualité des conseillers municipaux en exercice, la qualité des organisations proches de la municipalité et les personnels affectés aux taches spécifiques... Approchés pour mieux comprendre, ces derniers se gonflent le torse en montrant quelques routes en chantier à Nkongsamba premier tout en oubliant que la conscience historique nous rappelle le plan d'urbanisation de la Communauté Urbaine Nkongsamba à l'ère des prédécesseurs Dr Kollo Basile et Ngollo Ngama Emmanuel. Sont encore vif dans nos esprits la planification élaborée par le MINHDU et le plan d'occupation des sols qui ont couté plus de 90 millions de francs aux contribuables. L'actuel délégué du Minepat il y a quelques années démontrait déjà lors d'une réunion du BIP (Comité de Suivi du Budget de l’investissement Public) que cette mairie sur son PIA (Plan d'Investissement Annuel) faisait moins de 5 % de réalisation avec ses ressources propres. Quel peut être son avis aujourd'hui? La rédaction reviendra en profondeur sur la question...

Contact Rédaction de Scores2000 : 677861194/699451920/678894092

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 09:55

M Daouda Ousmanou a encore captivé l’attention des populations lors de l’installation de M KengmeniKwinang Henri le 25 septembre dernier comme nouveau Chef du quartier Eboum-Mbeng à Nkongsamba 1er. Il a instruit ce dernier d’être proche des populations selon le rôle dévoué aux auxiliaires de l’administration. Il de nombreux combat dans sa localité, l’incivisme, la salubrité, les inondations récurrentes. Des élites comme Dr Kougue Magalie Lucienne et KINI KINI étaient parmi les invités.

Cela rappelle le premier contact avec notre reporter lors de sa tournée de prise de contact à la compagnie de gendarmerie du Moungo-Nord, un autre communicateur  de cet arrondissement. Ousmanou Daouda dans le cadre de sa tournée de prise de contact, s'était rendu dans les locaux de l'état-major de Compagnie de gendarmerie Moungo-nord. Il était 15 h quand le nouveau chef terre de Nkongsamba 1er a été accueilli au Perron des locaux de l'état-major de compagnie de gendarmerie du Moungo-nord par le patron des lieux, le capitaine MEBOUINZ DANIEL FRITZ.

Sous bonne escorte du commandant des lieux, le sous-préfet Ousmanou Daouda a visité tous les services de l'Etat-major de compagnie du Moungo-Nord. Du bureau du centre des appels d'urgence et de transmission des données, en passant par le bureau des enquêtes, de la salle de conférence, où se tient tous les vendredis des réunions de haute stratégie en vidéo conférence avec les différents commandants de brigade, sans oublier d'autres services très important. Après la visite de ces différents services qui concourent à la sécurité et la protection des populations, le sous-préfet Ousmanou Daouda et le capitaine MEBOUINZ DANIEL FRITZ ont eu une réunion privée à l'abri de tout regard. Au moment de quitter l'Etat-major de compagnie de gendarmerie du Moungo-nord, le nouveau Sous-préfet de Nkongsamba 1er, a tenu à remercier le capitaine MEBOUINZ DANIEL FRITZ pour son dévouement et son engagement au travail et l'a encourager à aller de l'avant. C’est sous de nombreux conseil qu’il a laissé également le nouveau Chef du quartier Eboum-Mbeng et ses notables. Il était accompagné de M. Taffou Bernard, premier adjoint à la mairie de Nkongsamba1er.

Regroupés par Richard Mboma/CP

Contact Rédaction de Scores2000 : 699451920/677861194/678894092

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 14:17

Lieu : Esplanade de l'Hôtel de Ville de Mbanga

Thème général : «Transformation, industrialisation et commercialisation»

Du 15 décembre 2021 au 02 janvier 2022, Avant-programme : Conférences, foire-exposition, formation de 30 jeunes entrepreneurs, concours du meilleur projet d’entreprise, animation pour enfants, jeux pour adultes, élection Miss Mbanga, Circuits touristiques, concours du bras de fer, marche de santé.

Contacts et Réservations: B.P. : 49 Mbanga – Tél. : 655911966/674665656/699451920/678894092/243146645/242357410

ASPREINSOJEC (REC. N°130/RDA/C16/BAPP du 22/09/2003 Par le Préfet NWOS A KOS

Quelques Partenaires associés dans le  Site web : www.siencameroun.com

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 14:15

C'est à la faveur d'une cérémonie fort courue consacrée à la cérémonie de clôture des opérations de renouvellement des bureaux des organes de base du RDPC dans le Département du Moungo. Cérémonie présidée par le président de la Commission Départementale de Contrôle des Renouvellements des Organes de base RDPC pour le Moungo, le ministre Jean Ernest MassenaNgalleBibehe, qui avait à ses côtés les cadres du parti, les autorités administratives au premier rang desquels le préfet du Département du MoungoNdjana Yves Bertrand Noël, qui était accompagné de son état-major au complet. Un fait majeur, est remarqué l'absence des chefs traditionnels de la localité qui étaient pourtant là lors de la cérémonie d'ouverture.

De part des gestes significatifs, les militants du parti au pouvoir, ont pu découvrir les nouvelles figures des bureaux des organes bases du RDPC dans le Moungo. Ceux-ci sont solennellement présentés au Chef de la Commission et aux militants qui ont fait le déplacement, provenant des 13 sections RDPC que compte le Moungo. Au terme de deux mois d'intenses activités consacrées au renouvellement des bureaux des organes de base du parti du Président Paul BIYA, il en ressort que quatre présidents de Section RDPC gardent leur poste. Et les neuf autres sections ont élu de nouvelles personnes à leur tête avec la singularité d’avoir Dame Téclaire EKOSSO NJANJO comme première présidente féminine en tête de section dans le Moungo.

Tout en félicitant les heureux élus des différents bureaux des organes de base, le président de la Commission Départementale de Contrôle des Renouvellements des Bureaux des Organes de base du RDPC, les a appelé à la plus grande humilité. Car dit-il, le RDPC est un parti de rassemblement, un parti de tolérance, car en réalité, il n'y a au RDPC ni gagnant ni perdant. Et quand bien même il y aurait un gagnant, c'est le RDPC…

Avec les tensions et débordements observés dans certaines villes, Ernest MassenaNgalleBibehe a tenu à saluer la magnificence avec laquelle les autorités administratives et les forces de maintien de l’ordre ont accompagné ces consultations électorales de renouvellement des organes de base du parti au pouvoir. Non sans mentionner certains services de renseignement et Hommes de médias pour leur sens de responsabilité. Des cas des personnalités ressources comme le Dr EDIMO NANA Ferdinand, Dr NGOLLO NGAMA Emmanuel, NDONGUE Eugène Wilfried, NJOUMBA François, EYANGO NDEDI, TCHOKOTCHEU Pélagie, DJOMO Charly Herman, Marguerite DISSAKE EKOKA, NDENGOUE NOUMBISSI Jean-Marie, NGOUONGUE Gilbert, BILE David, EPANDA Jean-Claude, EKOUME David, TATSING Richard, BEN LIMANAdamou ou des militants qui ont fait preuve de patriotisme et de civisme dans ce jeu électorale.

Selon M. Jean Ernest MassenaNgalleBibehe, le président de la commission départementale de contrôle de ces renouvellements des bureaux des organes de base RDPC une fois de plus, il revient maintenant à ces promus d'animer le parti dès la base pour les cinq prochaines années. Ceci afin de conquérir de nouveaux militants et assurer au parti une victoire lors des prochaines consultations électorales car dans l’imaginerie populaire, on ne voudrait plus entendre que sous-préfets et agents publics auraient aidé le parti de Paul Biya a remporter des élections au Cameroun.

Cette cérémonie de clôture de renouvellement des bureaux des organes de base du RDPC s'est déroulée mardi 28 septembre dernier dans la maison de la paixtrès revendiqué comme bien public par le SDF (Social Democratic Front).

La grande ombre au tableau de cette rencontre est l'absence des chefs traditionnels qui étaient pourtant présents lors de la cérémonie d'ouverture de ces opérations de renouvellement des bureaux des organes de base du RDPC. Une indiscrétion laisse comprendre que ces derniers marqueraient ainsi leur désapprobation de l’orientation politique que voudraient implémenter certains chefs de file dans le Moungo et particulièrement à Nkongsamba.

Rifin Ngoppe et Ismaël Fotso Tedjom/CP

Contact Rédaction de Scores2000 : 678894092 / 677861194/699451920

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens